bourgeois

bourgeois, oise [ burʒwa, waz ] n. et adj.
burgeis 1080; de bourg
1Au Moyen Âge, Citoyen d'un bourg, d'une ville, bénéficiant d'un statut privilégié. Les bourgeois de Calais.
2En Suisse, Personne possédant la bourgeoisie (2o). Conseil des bourgeois. Adj. Assemblée bourgeoise. bourgeoisial.
3Anciennt Personne qui n'appartenait ni au clergé ni à la noblesse, ne travaillait pas de ses mains et possédait des biens. Les bourgeois faisaient partie du tiers état. Un riche bourgeois. « Le Bourgeois Gentilhomme », comédie de Molière. (Opposé à noble) roturier.
4Par ext. (1830) Péj. Personne incapable d'apprécier ce qui est désintéressé, gratuit, esthétique. (Opposé à artiste) « J'appelle bourgeois quiconque pense bassement » ( Flaubert). Chercher à épater le bourgeois.
5Dans la société actuelle, Personne de la classe moyenne et dirigeante, de condition aisée, et caractérisée par un certain conformisme intellectuel ( petit-bourgeois). Petits bourgeois. Grands bourgeois. « Le petit bourgeois [...] dépend tout entier de l'ordre établi [...] qu'il aime comme lui-même » (Bernanos). Abrév. fam. (1978) BOURGE [ burʒ ]. Un quartier de bourges.
Adj. Propre à cette classe. Éducation bourgeoise. Quartier bourgeois. résidentiel. « On s'installe à Passy, dans l'appartement de sa tante. Voyez-vous ces goûts bourgeois ? » (Sarraute). Cuisine bourgeoise, simple et bonne. — Péj. Qui a des valeurs morales et sociales conservatrices, mène une vie rangée. Il est devenu bien bourgeois. s'embourgeoiser. Par ext. Les préjugés bourgeois. « Tu t'es roulé en boule dans ta sécurité bourgeoise » (Saint-Exupéry).
6 ♦ (Opposé à militaire) Sortir en bourgeois. civil.
7 N. f. (XVe) Pop. Ma bourgeoise : ma femme.
⊗ CONTR. Manant . Noble. Artiste. Ouvrier, paysan, prolétaire; populaire; anarchiste, bohème, hippie, marginal, révolutionnaire.

bourgeois nom masculin Vieux. Le public, par opposition aux artistes : Épater le bourgeois.bourgeois, bourgeoise nom (de bourg) Personne qui appartient à la bourgeoisie, à la classe moyenne ou à la classe dirigeante. Au Moyen Âge et sous l'Ancien Régime, habitant aisé d'un bourg, d'une ville, qui est roturier, mais qui a obtenu, dans le cadre communal, certains privilèges. Vieux. Individu sans distinction, qui n'a que des goûts vulgaires ; étranger aux choses de l'art. En Suisse, personne qui a droit de cité dans une commune. ● bourgeois, bourgeoise (citations) nom (de bourg) Émile Chartier, dit Alain Mortagne-au-Perche 1868-Le Vésinet 1951 Est bourgeois tout ce qui vit de persuader. Les Idées et les Âges Gallimard Jules Amédée Barbey d'Aurevilly Saint-Sauveur-le-Vicomte 1808-Paris 1889 L'idéal économique des bourgeois est d'augmenter indéfiniment le nombre des consommateurs. Omnia Roland Barthes Cherbourg 1915-Paris 1980 C'est l'un des traits constants de toute mythologie petite-bourgeoise, que cette impuissance à imaginer l'Autre. Mythologies Le Seuil Charles Baudelaire Paris 1821-Paris 1867 Il est une chose mille fois plus dangereuse que le bourgeois, c'est l'artiste bourgeois. Curiosités esthétiques Emmanuel Berl Le Vésinet 1892-Paris 1976 Le bourgeois croit qu'il est dans le même rapport avec le prolétaire que l'âme avec le corps. Mort de la morale bourgeoise Gallimard Emmanuel Berl Le Vésinet 1892-Paris 1976 Le bourgeois ne prétend pas que les choses aillent bien ; tout ce qu'il affirme, c'est qu'elles ne peuvent aller mieux. Mort de la morale bourgeoise Gallimard André Breton Tinchebray, Orne, 1896-Paris 1966 Il semble que de toutes parts la civilisation bourgeoise se trouve plus inexorablement condamnée du fait de son manque absolu de justification poétique. Position politique de l'art d'aujourd'hui Pauvert Sébastien Roch Nicolas, dit Nicolas de Chamfort près de Clermont-Ferrand 1740-Paris 1794 Académie française, 1781 Les bourgeois, par une vanité ridicule, font de leurs filles un fumier pour les terres des gens de qualité. Maximes et pensées Pierre Daninos Paris 1913 La France ? Une nation de bourgeois qui se défendent de l'être en attaquant les autres parce qu'ils le sont. Les Carnets du major W. Marmaduke Thompson Hachette Léon-Paul Fargue Paris 1876-Paris 1947 J'appelle bourgeois quiconque renonce à soi-même, au combat et à l'amour, pour sa sécurité. Sous la lampe Gallimard Gustave Flaubert Rouen 1821-Croisset, près de Rouen, 1880 Académie française, 1880 J'appelle bourgeois quiconque pense bassement. Rapporté par Guy de Maupassant dans son Étude sur G. Flaubert André Gide Paris 1869-Paris 1951 Les bourgeois honnêtes ne comprennent pas qu'on puisse être honnête autrement qu'eux. Les Faux-Monnayeurs Gallimard Remy de Gourmont Bazoches-au-Houlme, Orne, 1858-Paris 1915 Le bourgeois qui dit ne croire à rien ne sera jamais qu'un bourgeois frauduleux. Pensées inédites Honoré Champion Victor Hugo Besançon 1802-Paris 1885 Le bon sens est bourgeois et n'est pas citoyen. Fragments Jules Renard Châlons, Mayenne, 1864-Paris 1910 Les bourgeois, ce sont les autres. Journal, 28 janvier 1890 Gallimard Jean-Paul Sartre Paris 1905-Paris 1980 Pour tous les ouvriers du monde, le bourgeois est le produit du capital ; pour les nôtres, il est aussi le fils de ses œuvres, un tueur — et il va le rester longtemps. Situations VI Gallimard André Siegfried Le Havre 1875-Paris 1959 Académie française, 1944 Qu'est-ce qu'un bourgeois ? Je proposerai cette définition : c'est quelqu'un qui a des réserves. Tableau des partis en France Grassetbourgeois, bourgeoise (expressions) nom (de bourg) En bourgeois, en civil, par opposition à en militaire. ● bourgeois, bourgeoise (synonymes) nom (de bourg) Personne qui appartient à la bourgeoisie, à la classe moyenne...
Contraires :
Individu sans distinction, qui n'a que des goÛts vulgaires ; étranger...
Synonymes :
- béotien
- épicier (vieux)
bourgeois, bourgeoise adjectif Relatif aux bourgeois, à la classe moyenne : Éducation bourgeoise. Qui sert les intérêts de la bourgeoisie, de la classe dominante : Presse bourgeoise. Péjoratif. Qui est préoccupé de sa seule sécurité matérielle, de son confort au détriment de toute forme d'idéal ou d'esthétique. Qui va dans le sens du conservatisme, du respect des conventions sociales : Morale bourgeoise.bourgeois, bourgeoise (expressions) adjectif Clause d'habitation bourgeoise, clause du règlement de copropriété stipulant qu'un appartement ou un immeuble ne peut être affecté à une activité professionnelle. Cuisine bourgeoise, simple mais de bonne qualité. Drame bourgeois, comédie bourgeoise, pièce souvent fertile en bons sentiments et dont l'action se passe dans un milieu bourgeois. Pension bourgeoise, établissement où l'on fait une cuisine bourgeoise pour quelques pensionnaires. ● bourgeois, bourgeoise (synonymes) adjectif Relatif aux bourgeois, à la classe moyenne
Contraires :
Qui est préoccupé de sa seule sécurité matérielle, de son...
Synonymes :
- pantouflard (familier)
- pot-au-feu (familier)
- prosaïque
- terre-à-terre
Contraires :
- risque-tout (familier)
Qui va dans le sens du conservatisme, du respect des...
Synonymes :
Contraires :
- bohème

bourgeois, oise
n. et adj.
rI./r n.
d1./d Anc. Citoyen d'un bourg, jouissant de certains privilèges. Bourgeois de Paris.
(Suisse) Mod. Personne ayant droit de cité dans une commune.
d2./d Anc. En France, sous l'Ancien Régime, personne qui n'était ni noble, ni ecclésiastique, ni travailleur manuel. V. roturier.
d3./d Mod. Personne de la classe moyenne.
Petit-bourgeois.
d4./d En bourgeois: en civil.
d5./d Péjor. Personne conformiste, terre à terre, fermée à la culture.
d6./d Dans le vocabulaire marxiste, personne de moeurs rangées, aux opinions conservatrices.
rII./r adj.
d1./d Simple, familial. Cuisine bourgeoise.
d2./d Traditionaliste, conservateur. Presse bourgeoise.
d3./d Péjor. Qui est sans originalité, conformiste. Goûts bourgeois.

⇒BOURGEOIS, OISE, subst. et adj.
I.— Substantif
A.— FÉODALITÉ
1. [Au Moy. Âge] Libre habitant d'une ville, jouissant de certains privilèges. Les bourgeois de Calais :
1. Il n'y a guère, messieurs, que deux sources d'où puissent découler, dans la sphère politique, la grandeur de l'ambition et la fermeté de la pensée. Il faut avoir ou le sentiment d'une grande importance, d'un grand pouvoir exercé sur la destinée des autres, et dans un vaste horizon; ou bien il faut porter en soi un sentiment énergique d'une complète indépendance individuelle, la certitude de sa propre liberté, la conscience d'une destinée étrangère à toute autre volonté que celle de l'homme lui-même. (...). Ni l'une ni l'autre de ces conditions ne s'est rencontrée dans la situation des bourgeois du moyen âge. Ils n'étaient, vous venez de le voir, importans que pour eux-mêmes; ils n'exerçaient, hors de leur ville et sur l'état en général, aucune grande influence.
GUIZOT, Hist. gén. de la civilisation en Europe, 1828, p. 32.
P. ext.
a) Citoyen d'une ville. Des riches et honorables bourgeois.
b) Helvétisme. Personne qui possède le droit de cité communal. Une commune ne traite pas toujours identiquement ses bourgeois et les autres citoyens du canton (J.-F. AUBERT, Traité de dr. constitutionnel suisse, Neuchâtel, t. 1, 1967, p. 371).
♦ Titre honorifique. La ville de Vienne décernait à Beethoven le titre de bourgeois honoraire (J.-G. PROD'HOMME, Les Symphonies de Beethoven, 1921, p. 363) :
2. Ils [les compagnons Imprimeurs] aimaient à se faire donner le titre de bourgeois de Paris, dont ils se distinguaient peu d'ailleurs en public par leur mise toujours soignée.
L. RADIGUER, Maîtres imprimeurs et ouvriers typographes (1470-1903), 1903, p. 100.
2. [Sous l'Ancien Régime] Personne appartenant à la classe supérieure du tiers état (par opposition aux membres de la noblesse, du clergé et à l'homme du peuple) :
3. C'était plus que la mort de son fils qu'il déplorait, c'était la mort de sa maison : une douleur inconnue aux bourgeois et aux manants.
T. GAUTIER, Le Capitaine Fracasse, 1863, p. 431.
4. Bien des gens ont raconté l'histoire de la grande révolution du peuple et des bourgeois contre les nobles, en 1789. C'étaient des savants, des hommes d'esprit, qui regardaient les choses d'en haut. Moi, je suis un vieux paysan et je parlerai seulement de nos affaires.
ERCKMANN-CHATRIAN, Histoire d'un paysan, t. 1, 1870, p. 5.
[P. allus. à la comédie de Molière] Guitry, dans une longue robe de chambre à fleurs, ressemble au bourgeois gentilhomme (RENARD, Journal, 1901, p. 640) :
5. ... parfois l'on est stupéfait, tout au contraire du bourgeois gentilhomme, de voir un ordre bref devenir une très longue phrase, tout un discours.
GIDE, Le Retour du Tchad, 1928, p. 933.
B.— Usuel. Personne appartenant à la classe moyenne et dirigeante, n'exerçant aucun métier manuel et jouissant d'une situation aisée (par opposition au monde ouvrier ou paysan). Grand, gros bourgeois. Nous nous asseyions pour causer, nous mettant comme des bourgeois endimanchés en manches de chemise (E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1860, p. 690); Vichy est peuplé de Rouennais et d'une quantité de bourgeois ignobles (FLAUBERT, Correspondance, 1863, p. 96); une sagesse d'économe bourgeois lorrain (BLANCHE, Mes modèles, 1928, p. 27) :
6. On voit des familles entières de bourgeois et d'artisans qui partent à cinq heures du soir pour aller au Prater faire un goûter champêtre aussi substantiel que le dîner d'un autre pays, et l'argent qu'ils peuvent dépenser là prouve assez combien ils sont laborieux et doucement gouvernés.
Mme DE STAËL, De l'Allemagne, t. 1, 1810, p. 120.
7. Ils [Étienne, Rasseneur et Souvarine] parlaient l'un après l'autre, d'une voix désolée, et les doléances commencèrent. L'ouvrier ne pouvait pas tenir le coup, la révolution n'avait fait qu'aggraver ses misères, c'étaient les bourgeois qui s'engraissaient depuis 89, si goulûment qu'ils ne lui laissaient même pas le fond des plats à torcher.
ZOLA, Germinal, 1885, p. 1256.
Petit bourgeois, petite bourgeoise. Cette affreuse petite bourgeoise empâtée (MONTHERLANT, Le Démon du bien, p. 1346) :
8. Le marchand de Québec pensait que la France est un pays riche en églises, pauvre en baptêmes, et qui, par de petits bourgeois trop mesquins dans le détail et trop larges dans leurs vues, dirigeait depuis six ans l'Europe avec honnêteté et non sans honneur.
GIRAUDOUX, Siegfried et le Limousin, 1922, p. 142.
1. En partic., péj. [Le bourgeois considéré dans son caractère, sa conduite, etc.] Personne soucieuse de sa tranquillité et de son bien-être, dépourvue de grandeur d'âme et d'ouverture d'esprit. Des bourgeois étroits, précautionneux, trembleurs. Le bourgeois de Florence est plus mouton que celui de Paris (STENDHAL, De l'Amour, 1822, p. 290); le bourgeois est avare, la bourgeoisie est prude (HUGO, Les Misérables, t. 2, 1862, p. 616); c'est une de ces respectables bourgeoises à vices secrets et à principes inflexibles (MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 1, Le Remplaçant, 1883, p. 867) :
9. ... (Scribe et Capus, vos grands hommes parisiens, les artistes dont est digne votre société de bourgeois jouisseurs, hypocrites, enfantins, trop lâches pour oser regarder en face leur bassesse) ...
R. ROLLAND, Jean-Christophe, Dans la maison, 1909, p. 1009.
Effaroucher, épouvanter le(s) bourgeois; épater le(s) bourgeois. Terrifie les bourgeois par tes extravagances (FLAUBERT, Correspondance, 1858, p. 273) :
10. ... pourquoi vous butez-vous à une chose que vous-même reconnaissez être absurde? (...)
— C'est absolument pour épater le bourgeois!
E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1879, p. 27.
11. ... un critique épateur de bourgeois et dont les éreintements ou les magnificats semblent tirés au hasard dans un chapeau; ...
E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1889, p. 964.
Traiter qqn de bourgeois :
12. ... « Mais Laforgue, tu sais, on le méconnaît; c'est avant tout un ironiste », de l'air d'avoir trouvé que que chose! Et toi qui le traite[s] de bourgeois et de pleurnichard dans les lettres à sa sœur!
J. RIVIÈRE, Correspondance [avec Alain-Fournier], 1906, p. 248.
Domaine esthétique. Personne à l'esprit terre-à-terre, qui n'entend rien ou peu aux choses de l'art. Aux yeux des bourgeois la caricature fait beauté (STENDHAL, La Chartreuse de Parme, 1839, p. 240) :
13. Dans tout homme qui tient une plume (...) le bourgeois voit un inutile; dans chaque bourgeois, l'homme de lettres un ennemi.
J. VALLÈS, Les Réfractaires, 1865, p. 111.
2. Spécialement
a) Vx, pop. Patron d'un apprenti, d'un domestique, etc. Comme le cocher demandait :« Où faut-il aller, bourgeois? » il répondit :« Où vous voudrez » (MAUPASSANT, Bel Ami, 1885, p. 112) :
14. [La fille :] Vous êtes ouvrier (...) quelqu'un peut dire à votre bourgeois qu'on vous a rencontré avec moi (...). Les maîtres n'aiment pas que leurs ouvriers se dérangent (...)
[L'ouvrier :] Mon bourgeois ne demeure pas dans ce quartier.
SUE, Les Mystères de Paris, t. 1, 1842-43, p. 152.
Maître de maison :
15. ... remplacer un jour la tante, qui était mortelle, et (...) devenir le vrai maître dans cette maison où il n'y avait rien à faire, et où le bourgeois passait pour être coulant, tel fut immédiatement son plan...
E. et J. DE GONCOURT, Sœur Philomène, 1861, p. 85.
Au fém. Maîtresse de maison; p. ext., femme, épouse :
16. Vous avez vu la bourgeoise : elle n'est pas commode, (...) pour m'empêcher de sortir, elle (...) ne me laisse que des hardes trop usées pour la ville...
MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 1, Les Dimanches d'un bourgeois de Paris, 1880, p. 296.
17. « ... je vais mettre ma queue de morue et je reviens. Je vais faire dire à ma bourgeoise [Mme de Guermantes] que vous l'attendez tous les deux »
PROUST, Le Côté de Guermantes 2, 1921, p. 580.
b) Arg. [P. oppos. au truand] Celui qui n'appartient pas au « milieu ».
3. [En parlant de militaires, ecclésiastiques, etc.] (Être habillé) en bourgeois. Habillé comme un bourgeois. Policier, flic en bourgeois; officier en bourgeois. Leuwen vola chez lui, revint habillé en bourgeois (STENDHAL, Lucien Leuwen, t. 2, 1836, p. 217); un gendarme habillé en bourgeois l'accosta dans la rue (BALZAC, Splendeurs et misères des courtisanes, 1847, p. 173); j'en ai connu, des prêtres, qui s'habillaient en bourgeois pour aller voir gigoter des danseuses (FLAUBERT, Madame Bovary, t. 2, 1857, p. 61).
II.— Adjectif
A.— Qui est relatif, qui est propre aux bourgeois; qui est typique de la classe des bourgeois. Classe, société bourgeoise. L'horreur des bourgeois est bourgeoise (RENARD, Journal, 1889, p. 24); l'athéisme est un produit de la décadence bourgeoise (MARITAIN, Humanisme intégral, 1936, p. 74); grand-père m'avait élevé dans le respect de la démocratie bourgeoise (SARTRE, Les Mots, 1964, p. 147) :
18. — L'énormité du risque, prononça-t-il, n'empêchera sûrement pas la société bourgeoise de faire encore la guerre. Et la guerre nous délivrera de la société bourgeoise. Pas d'autre solution. Il n'y aura de paix que dans l'ordre socialiste.
G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, Vue de la terre promise, 1934, p. 127.
19. ... le caractère sacré du travail manuel est une trouvaille purement et spécifiquement bourgeoise.
MONTHERLANT, Les Célibataires, 1934, p. 809.
20. Un contre tous : c'était ma règle; qu'on cherche la source de cette rêverie morne et grandiose dans l'individualisme bourgeois et puritain de mon entourage.
SARTRE, Les Mots, 1964, p. 122.
SYNT. a) L'éducation bourgeoise, les mœurs bourgeoises; une maison d'aspect bourgeois; b) L'humanisme, le libéralisme bourgeois; la culture, l'idéologie, la philosophie, la révolution bourgeoise.
1. Spécialement
Vx, pop. Caution bourgeoise. Caution solvable. Comédie bourgeoise. Jouée par des amateurs.
Cour. Cuisine bourgeoise. Cuisine saine, simple et de bonne qualité. Pension bourgeoise.
2. GASTR. À la bourgeoise. Accompagné d'une garniture composée de carottes, de petits oignons et de gros dés de lard maigre. Du veau à la bourgeoise.
3. Helvétisme (princ. Jura bernois). Qui se rapporte au corps des personnes qui ont le droit de cité dans une commune. Publications des autorités communales, bourgeoises et paroissiales (Feuille officielle du Jura bernois, 6 juill. 1974, p. 522); famille bourgeoise (Feuille des avis officiels du canton de Vaud, 29 oct. 1974, p. 2726).
B.— Péj. (cf. supra B 1)
1. Qui manque de grandeur d'âme par souci excessif de la sécurité et de la réussite matérielles. Tout ce qui est bas et plat dans le genre bourgeois me rappelle Grenoble (STENDHAL, Vie de Henry Brulard, t. 1, 1836, p. 111); une société boutiquière et bourgeoise (HUGO, Les Misérables, t. 1, 1862, p. 519); tant d'indifférence aux malheurs de la patrie avait quelque chose de mesquin et de bourgeois (FLAUBERT, L'Éducation sentimentale, t. 2, 1869, p. 166) :
21. Admirable, [Racine] sans doute, pour avoir rendu poétiques les sentiments les plus bourgeois et les passions les plus médiocres, ...
J. JOUBERT, Pensées, t. 2, 1824, p. 208.
22. ... aussi (...) est-elle devenue [la noblesse] économe, sage, prévoyante, enfin bourgeoise et sans grandeur.
BALZAC, La Cousine Bette, 1846, p. 126.
23. ... on sentait que Lucie hésitait entre ses aspirations bourgeoises, ses prétentions intellectuelles, et son propre goût qui, malgré son bon goût réputé, était vulgaire.
S. DE BEAUVOIR, Les Mandarins, 1954, p. 342.
Emploi subst., vieilli. Du dernier bourgeois. Très vulgaire. Me feriez-vous l'honneur d'être jalouse? Prenez garde, ma chère, ce sentiment est du dernier bourgeois (E. AUGIER, Le Gendre de M. Poirier, 1854, II, p. 264) :
24. ... être à l'aise est (...) un souhait du dernier bourgeois. Il n'y a que des niais qui puissent prôner si fort le régime de la poule au pot.
RENAN, L'Avenir de la sc., 1890, p. 428.
Domaine esthétique. Qui traduit les travers, les sentiments peu élevés, etc. (considérés comme caractéristiques) des bourgeois. Le drame bourgeois, la comédie bourgeoise :
25. À cette époque, dans l'art coquet, libertin et spirituel du dix-huitième siècle (...) apparaît un élément nouveau, l'élément sentimental et bourgeois.
T. GAUTIER, Guide de l'amateur au Musée du Louvre, 1872, p. 184.
26. Ce n'était que la découverte d'une nouvelle méthode de travail de la matière, et quand trente ans plus tard, le roman bourgeois classique fut formé, on s'aperçut que les sentiments qu'il décrivait : avidité, avarice, envie, jalousie, amour-propre, vanité, etc., n'étaient pas le propre du tiers-état, mais étaient seulement montrés par lui avec un peu plus de franchise.
Arts et litt. dans la société contemp., 1936, p. 5405.
2. Qui fait preuve d'un conservatisme étroit :
27. La majorité est de mauvaise humeur. Le discours de Thiers contre lequel elle a voté lui a plu au fond (...) parce que la Chambre est bourgeoise et arriérée.
MÉRIMÉE, Lettres à la comtesse de Montijo, t. 2, 1870, p. 317.
Rem. On rencontre dans la docum. le néol. d'aut. bourgeoisifié, ée, adj. [En parlant d'une pers. ou d'une chose] Qui se donne ou reflète un caractère ou une allure de bourgeois. Un paysan bourgeoisifié (E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1865, p. 126); une salle à manger bourgeoisifiée (ID., ibid., 1856, p. 284).
Prononc. ET ORTH. :[], fém. [-]. DG seul prononce [] avec [] post. dans bourgeois, cacatois, carquois, chamois, danois, gaulois, grivois, guingois, matois, patois, pavois, putois, sournois, voix. À ce sujet cf. -ois. Ac. Compl. 1842 et Lar. 19e mentionnent encore l'anc. forme bourjeois. Ac. Compl. 1842 y ajoute également bourgesie.
Étymol. ET HIST. — A.— Subst. masc. 1. Ca 1100 burgeis « habitant d'un bourg, d'une ville (au Moy. Âge, de bourgs et villes affranchis de la justice féodale) » (Roland, 2691 dans T.-L.); 1393 bourgeois (Ménagier, t. 1, 3 dans LITTRÉ); assez peu fréquent dans la lang. littér.; considéré comme ancien dep. Ac. 1932; 2. 1668 « personne qui appartient à la bourgeoisie » (LA FONTAINE, I, 67, éd. H. Regnier, X, p. 107); 1678-79 sing. collectif (ID., IX, 155, ibid. : Le surprenant spectacle Éblouit le bourgeois); 1680 gros bourgeois, petit bourgeois (RICH.); p. ext. péj. 1635 « personne sans goût, sans culture » (Francion, p. 286, éd. 1635 dans LITTRÉ); 3. 1680 (RICH. : Bourgeois. Ce mot parmi les ouvriers veut dire celui qui met en œuvre [travailler pour le bourgeois. Le bourgeois veut cela]); 4. 1793 « personne qui n'exerce pas de métier manuel et qui a le plus souvent une situation aisée » (JACOB., 19 frim. an II-9 déc. 1793 dans BRUNOT t. 9, 2, p. 711, note 4); 5. 1835 (Ac. : Bourgeois se dit par opposition à Militaire). B.— Subst. fém. 1280 « femme d'un bourgeois » (Clef d'amors, 2072 dans GDF. Compl.); XVe s. « femme, épouse » (COQUILLART, Monol. du Puys dans GUÉRIN, Dict. des dict. dans QUEM. Fichier). C.— Adj. 1418 pain bourgeois « pain mi-bis » (Journ. de Paris, sous Charles VI et VII, p. 52 dans LA CURNE); 1529 lettre bourgeoise « caractère tenant le milieu entre la gothique cursive et la gothique moderne » (G. TORY, Champ fleury, Lettres françoises, 72 v° dans HUG.); 1538 caution bourgeoise « caution solvable et facile à discuter » (EST. d'apr. FEW t. 15, 2, p. 19b); 1611 « relatif, appartenant au bourgeois » (COTGR.); 1721 maison bourgeoise (Trév.).
Dér. de bourg; suff. -ois (-ais); ce dér. offre une évolution sém. très différente de celle du mot de base, liée au contexte hist. : d'une part au développement d'une classe sociale moyenne, faite surtout de marchands, intermédiaire entre les nobles et les manants (pagenses, rustici), d'autre part dès le Moyen Âge aux privilèges des bourgeois, habitants des bourgs affranchis de la justice féodale, et au XIXe s. à ceux des bourgeois p. oppos. à la classe ouvrière. Lat. médiév. burgenses, 1007 « habitants du bourg franc institué par le comte d'Anjou Foulque Nerra, autour d'une abbaye près de Loches » (ds FLACH, Orig. de l'anc. France, 1884-1904, t. 2, p. 196 note d'apr. HOLLYMAN, p. 86).
STAT. — Fréq. abs. littér. :6 666. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 7 121, b) 14 075; XXe s. : a) 12 050, b) 7 483.
BBG. — DARM. Vie 1932, p. 130. — DUB. Pol. 1962, passim. — GOUG. Mots t. 1 1962, pp. 153-156. — HAGNAUER 1968, p. 73. — LECOY (F.). Pain bourgeois, pain faitiz. Pain de retrait. In : [Mél. Lombard (A.)]. Lund, 1969, pp. 101-107. — LEW. 1960, p. 218. — MAT. Louis-Philippe 1951, p. 20, 76, 234. — MORGAN (E.). Bourgeois and Philistine. Mod. Lang. R. 1962, t. 57, pp. 69-72. — QUEM. 2e s. t. 2 1971, p. 8. — RIGAUD (A.). La lang. bourgeoise. Vie Lang. 1969, pp. 709-712. — SAIN. Arg. 1972 [1907] p. 128. — SAIN. Lang. par. 1920, p. 67. — WHITTON (D. F.). Cities and Citizens in English and French usage. In : [Mél. Ewert (A.)]. Oxford, 1961, p. 239.

bourgeois, oise [buʀʒwa, waz] n. et adj.
ÉTYM. 1080, burgeis; de bourg.
———
I
1 Hist. (moyen âge). Citoyen d'un bourg, d'une ville, bénéficiant d'un statut privilégié. || Les bourgeois d'une commune. || Les bourgeois de Calais : citoyens de Calais (six) qui en 1347, se sacrifièrent en se livrant aux Anglais, pour sauver la ville assiégée (titre d'une sculpture célèbre de Rodin). || Un riche bourgeois.Personne affranchie de la juridiction féodale, seigneuriale. Franc-bourgeois.
1 Un amateur de jardinage,
Demi-bourgeois, demi-manant.
La Fontaine, Fables, IV, 4.
2 On appelait bourgeois au Moyen âge, non pas les habitants des villes, mais tout homme qui était sujet d'un Seigneur, en jouissant pourtant de la liberté civile.
Fustel de Coulanges, Leçons à l'Impératrice, III, IX, p. 208.
Collectivt. || Le bourgeois : le corps des bourgeois. || Le bourgeois a pris les armes (Littré).
3 On vit des échevins se qualifier bourgeois du roi.
Voltaire, Essai sur les mœurs, 98.
Mod. et régional (Suisse). Personne ayant le droit de cité communal ( Bourgeoisie). || Assemblée, Conseil des bourgeois. || « Une commune ne traite pas toujours identiquement ses bourgeois et les autres citoyens du canton » J. F. Aubert, Traité de droit constitutionnel suisse, I, p. 371 (1967).
(1668). Hist. Dans l'ancien régime, Personne qui, n'appartenant ni au clergé ni à la noblesse, ne travaillait pas de ses mains et possédait des biens (→ Naissance, cit. 10). || Les bourgeois, roturiers, faisaient partie du tiers-état. || On appelait « Mademoiselle » les bourgeoises, même mariées. || Un bourgeois anobli. || Le Bourgeois Gentilhomme, comédie de Molière.
4 Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs (…)
La Fontaine, Fables, I, 3.
5 Il n'est guère naturel en dialogue que des princes ou des bourgeois chantent leurs passions.
Molière, le Bourgeois gentilhomme, I, 2.
Mod. || Bourgeois, opposé à noble, à aristocrate, à patricien.
6 « Père n'était qu'un bourgeois », songeait-il. « Elle, c'est une patricienne. »
Martin du Gard, les Thibault, t. V, XX, p. 257.
2 Péj. (dès l'époque class.). Personne n'ayant pas la distinction attribuée aux nobles. || Un bourgeois gentilhomme (qui affecte les manières des nobles).
7 Alors lui et ses compagnons ouvrirent la bouche quasi tous ensemble pour m'appeler bourgeois; car c'est l'injure que cette canaille donne à ceux qu'elle estime niais ou qui ne suivent point la cour (…)
Charles Sorel, Vraye hist. comique de Françion, p. 286 de l'édit. 1635.
8 C'est un bon bourgeois assez ridicule, comme vous voyez, dans toutes ses manières.
Molière, le Bourgeois gentilhomme, III, 16.
3 (Au XIXe et mod). Personne (en principe non noble), appartenant à la classe moyenne ou dirigeante, qui possède une certaine fortune, ne travaille pas de ses mains (opposé à ouvrier, paysan), et se caractérise par un certain conformisme intellectuel (→ Parapluie, cit. 2 et 3). || Un bon bourgeois. || Une bourgeoise respectable. || Bourgeois aisé, cossu. || Riche bourgeois. || Bourgeois vivant de ses rentes. Rentier. || Bourgeois propriétaire.
9 Le vrai bourgeois est, par caractère, possesseur paisible et paresseux de ce qu'il a; il est toujours content de lui, et facilement content des autres.
Joseph Joubert, Pensées, XVI, 24.
10 Dieu, dans son paradis terrestre, aurait voulu, pour y compléter les Espèces, y mettre un bourgeois de province, il n'aurait pas fait de ses mains un type plus beau, plus complet que Philéas Beauvisage.
Balzac, le Député d'Arcis, Pl., t. VII, p. 655.
10.1 (…) il lui déplie autant de châles que le milan décrit de tours sur un lapin; au bout d'une demi-heure, étourdie et ne sachant que choisir, la digne bourgeoise, flattée dans toutes ses idées, s'en remet aux commis (…)
Balzac, Un Prince de la Bohême, éd. Michel Lévy, p. 241.
10.2 Bourgeois c'est habitant de la ville; et ce mot dit bien ce qu'il veut dire. Il oppose le commerce aux métiers, et d'abord au métier essentiel, qui est aux champs. L'opposition si naturelle entre bourgeois et paysans s'est étendue aux ouvriers du bois, et de là aux ouvriers du charbon et de la mine.
Alain, les Arts et les Dieux, Pl., p. 1134.
10.3 Je définis le bourgeois comme un homme qui profite des résultats sans penser au travail.
Alain, les Arts et les Dieux, Pl., p. 1107.
4 N. m. Emplois spéciaux (par oppos. à militaire).En bourgeois. || Être habillé en bourgeois, en civil. || Un sergent de ville, un policier en bourgeois.Fam. || Les en-bourgeois : les policiers en civil.
10.4 Bientôt la porte fut forcée, et une dizaine d'agents en bourgeois envahirent l'antichambre pour pénétrer ensuite dans la salle.
Raymond Roussel, Impressions d'Afrique, p. 277.
Vx. (Le bourgeois de qqn). Patron chez qui travaille un ouvrier, un domestique. || Il est chez son bourgeois.
Maître, maîtresse de maison. || Le bourgeois est sorti. || La bourgeoise.
En appellatif (vx). || « Ce cochon demandait : où faut-il aller, bourgeois… ? » (Maupassant).
10.5 Le cocher de remise se retourna. « Bourgeois, notre coupé s'arrête. »
Émile Gaboriau, l'Affaire Lerouge, p. 410.
Celui qui n'appartient pas au « milieu ». 3. Cave, pante… || Les bourgeois et les hommes.
5 Spécialt (voc. d'inspiration marxiste). Personne appartenant à la classe dominante, qui, dans un régime capitaliste, possède ou maîtrise les moyens de production; ou simplement jouit de l'ordre établi et le cautionne (opposé à prolétaire). Petit-bourgeois. || Un bourgeois progressiste, humaniste, conservateur. || Grand bourgeois, moyen bourgeois, petit bourgeois ( Petit-bourgeois).
11 Le petit bourgeois (…) dépend tout entier de l'ordre établi, l'Ordre Établi qu'il aime comme lui-même, car cet établissement est le sien.
Bernanos, les Grands Cimetières sous la lune, I, 2, p. 61.
11.1 Et la peinture moderne ouvre son mystère à tout bourgeois, fût-il un petit-bourgeois-type.
F. Mauriac, le Nouveau Bloc-notes 1958-1960, p. 177.
(En apostrophe, toujours péj.). || Sale bourgeois ! || Vous êtes tous des bourgeois, des fachos !
6 Péj. (Au XIXe). Personne de peu de goût, ne portant pas d'intérêt aux arts et aux lettres ( Béotien, philistin); (au XXe) personne appartenant à la classe moyenne, caractérisée par son conformisme intellectuel, esthétique et social.
12 Le slogan de Flaubert : « J'appelle bourgeois quiconque pense bassement »… Si j'avais à le commenter, je dirais au nom de Flaubert : peu m'importent les « classes sociales » ! Il peut y avoir des « bourgeois » tout aussi bien parmi les nobles que parmi les ouvriers et les pauvres. Je reconnais le bourgeois non point à son costume et à son niveau social, mais au niveau de ses pensées (…) le bourgeois a la haine du gratuit, du désintéressé (…) Il (…) hait tout ce qu'il ne peut s'élever à comprendre.
Gide, Journal, 22 août 1937.
Loc. Épater les bourgeois, ou (collectif; plus cour.), le bourgeois : choquer, scandaliser; faire impression.
12.1 La douche froide, ensuite, glaçant sa chair haletante, lui rappela les bains de la vingtième année, quand il piquait des têtes dans la Seine, du haut des ponts de la banlieue, en plein automne, pour épater les bourgeois.
Maupassant, Fort comme la mort, éd. 1889, p. 101.
12.2 (…) le lecteur, averti par un clin d'œil, pense aussitôt à quelques jeunes gens hirsutes qui s'en vont, le sourire en coin, placer des pétards sous les fauteuils de l'Académie, dans le seul but de faire du bruit ou d'épater les bourgeois.
A. Robbe-Grillet, Pour un nouveau roman, p. 26.
7 N. f. (XVe). Pop. (avec un poss.). Épouse. || Je viendrai avec ma bourgeoise.REM. Le mot a pu s'employer, avec un effet stylistique plaisant, dans des milieux sociaux riches, aristocratiques… (cf. Proust, le Côté de Guermantes, faisant dire au duc de Guermantes : je vais faire dire à ma bourgeoise que vous l'attendez…).
12.3 Quand je commence à deviner que ma bourgeoise en sait trop et se méfie, je reste peinard et sa mauvaise humeur passe.
B. Cendrars, la Main coupée, in Œ. compl., t. X, p. 224.
———
II Adj.
1 Qui appartient à la bourgeoisie (en tant que groupe ou que classe); qui caractérise la bourgeoisie.
(Aux sens anciens de bourgeois). || Garde bourgeoise, milices bourgeoises.Le Roman bourgeois, de Furetière.Caution bourgeoise. Caution.
(Sens mod.). || Quartier bourgeois. || Presse bourgeoise. || Habitudes, institutions, culture, valeurs bourgeoises. || Le théâtre bourgeois et le théâtre populaire. || La classe bourgeoise. Bourgeoisie. || Vie, habitudes bourgeoises. || Éducation, enfance bourgeoise. || Une hérédité, des attaches bourgeoises.
13 (…) le monde souffre infiniment plus du sabotage bourgeois et capitaliste que du sabotage ouvrier.
Ch. Péguy, Notre jeunesse, p. 142.
13.1 Le récit, tel que le conçoivent nos critiques académiques — et bien des lecteurs à leur suite — représente un ordre. Cet ordre, que l'on peut en effet qualifier de naturel, est lié à tout un système, rationaliste et organisateur, dont l'épanouissement correspond à la prise du pouvoir par la classe bourgeoise.
A. Robbe-Grillet, Pour un nouveau roman, p. 31.
13.2 (…) ce petit Alain Guimiez (…) un bien gentil petit, insatisfait, inquiet (…) produit très pur de sa classe : jeune intellectuel bourgeois marié à une petite fille gâtée comme lui.
N. Sarraute, le Planétarium, p. 287.
14 La famille bourgeoise classique épargne et investit en placements plus ou moins assurés, plus ou moins rentables. Le bon Père constitue un patrimoine ou l'augmente; il le transmet par héritage, encore que l'expérience montre que les fortunes bourgeoises se dissolvent à la troisième génération, que seul le passage à la Grande Bourgeoisie évite la catastrophe.
Henri Lefebvre, la Vie quotidienne dans le monde moderne, p. 70.
Spécialt. Hist. littér. || Drame bourgeois, comédie bourgeoise.
Régional (Jura, Suisse). Relatif aux bourgeois, au droit de bourgeoisie. Bourgeoisial. || Assemblée bourgeoise.
Polit. (voc. marxiste). Caractérisé par la domination de la classe bourgeoise. Capitaliste. || Pays bourgeois et pays socialistes. || L'État bourgeois.
2 Péj., vieilli. Commun, vulgaire (opposé à aristocratique, aux XVIIe et XVIIIe; à artiste au XIXe). || Air bourgeois, mine bourgeoise.
15 Des personnages qui ne sont point dans la nature, des amours bourgeois et insipides (…)
Voltaire, Lettre à Damilaville, 24 août 1764.
15.1 Et à propos des relations bourgeoises que le prince avait à Doncières, il convient de dire ceci. Le lieutenant-colonel jouait admirablement du piano, la femme du médecin-chef chantait comme si elle avait eu un premier prix au Conservatoire.
Proust, le Côté de Guermantes, Folio, p. 159.
Subst (n. m.). || C'est du dernier bourgeois ! (Cf. Molière, les Précieuses ridicules, 4), particulièrement vulgaire.
3 Qui a des valeurs morales et sociales conservatrices, mène une vie rangée. || Il est devenu bien bourgeois. || Rendre bourgeois. Embourgeoiser. Par ext. || Idées bourgeoises, goûts bourgeois. || Les vertus bourgeoises. → Parangon, cit. 3.
16 Tu t'es roulé en boule dans ta sécurité bourgeoise, tes routines, les rites étouffants de ta vie provinciale (…)
Saint-Exupéry, in A. Maurois, Études littéraires, t. II, p. 265.
4 Polit. Qui est caractéristique de la bourgeoisie en tant que groupe social ou que classe sociale.Qui est fait, dominé par la bourgeoisie. || Révolution bourgeoise. || Démocratie bourgeoise. || Idéologie bourgeoise.
17 Est bourgeois ce qui vit de persuader. Le commerçant en sa boutique, le professeur, le prêtre, l'avocat, le ministre, ne font pas autre chose. Vous ne les voyez point changer la face de la terre, ni transporter les objets. Ce qui résiste à eux ce n'est point l'objet, c'est l'homme; et de là naissent et renaissent d'étonnants préjugés, qui ne sont au fond que l'enfance continuée.
Alain, les Arts et les Dieux, Pl., p. 1234.
18 Et ce simple fait, que l'enfant parle avant de savoir ce qu'il dit, explique assez que nos connaissances naturelles sont d'abord purement verbales; ce qui, joint à ce que notre première puissance est de persuasion, donne une idée plus approchée de l'esprit bourgeois, qui consiste à tout faire et à tout obtenir par des paroles.
D'après cette remarque, on comprend par exemple qu'un chirurgien est moins bourgeois, ou plus prolétaire, qu'un médecin, et que tout gouvernement est bourgeois, sans remède aucun (…)
Alain, les Arts et les Dieux, Pl., p. 1108.
5 Caractéristique des habitudes de vie confortables, mais relativement simples, de la bourgeoisie.Spécialt. Simple mais de bonne qualité. || Cuisine bourgeoise. || Maison bourgeoise (par oppos. à hôtel). || Vêtement, habit bourgeois; tenue bourgeoise ( Civil et ci-dessus, I., 4. : en bourgeois).
19 Comme il n'y avait pas de galons à sa livrée, cela faisait à peu près un habit bourgeois (…)
Rousseau, les Confessions, II.
20 Leurs habitudes changèrent et, quittant leur pension bourgeoise, ils finirent par dîner ensemble tous les jours.
Flaubert, Bouvard et Pécuchet, Pl., p. 676.
Vin, cru bourgeois : dans le Bordelais, cru intermédiaire dans un classement hiérarchique, entre les vins « nobles » et les vins « paysans ». || Les crus bourgeois sont eux-mêmes subdivisés (grand bourgeois, etc.).
Loc. vieillie. À la bourgeoise : tranquillement, sans s'en faire. → À la papa.
21 Cela fait, il ceignait son vaste chapeau moderne, soufflait la lampe, descendait, et, la clef de sa demeure une fois en poche, s'acheminait, à la bourgeoise, vers la lisière du parc abandonné.
Villiers de L'Isle-Adam, Tribulat Bonhomet, p. 14-15.
CONTR. (Du 1.) Manant, serf, vilain; artisan. — (Du 2.) Aristocrate, noble. — Ouvrier, prolétaire; campagnard, paysan. — Militaire. — Artiste, bohème, hippie, marginal. — Anarchiste, révolutionnaire.
DÉR. Bourgeoisant, bourgeoisement, bourgeoisie, bourgeoisisme. REM. D'autres dérivés sont restés sans avenir : bourgeoiserie (1871) et bourgeoiseté (1841), n. f.
COMP. Antibourgeois, petit-bourgeois.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bourgeois — bourgeois, oise 1. (bour joî, joî z ; l s se lie : un bourgeois honorable, dites : un bour joî z honorable) s. m. et f. 1°   Citoyen, citoyenne d une ville, jouissant des droits attachés à ce titre. Un bourgeois considéré. Une riche bourgeoise.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • bourgeois — BOURGEOIS, EOISE. s. (On pr. Bourjois.) Citoyen d une ville. Bourgeois de Paris. Un riche Bourgeois. Une riche Bourgeoise. Un bon Bourgeois. Un Bourgeois aisé et accommodé. f♛/b] On dit absolument, Le Bourgeois, pour dire, Tout le Corps des… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Bourgeois — Désigne l habitant du bourg, éventuellement caractérisé par les privilèges dont il jouit, les bourgeois formant une classe sociale intermédiaire entre la paysannerie et la noblesse. Le nom est très fréquent dans toute la France, en particulier en …   Noms de famille

  • bourgeois — Bourgeois, Bourgeoise. subst. Citoyen, habitant d une ville. Bourgeois de Paris. bon bourgeois. On dit absolument, Le bourgeois, pour dire, Tout le corps des habitans d une ville. Le bourgeois s est souslevé. le bourgeois a pris les armes. Il… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • bourgeois — Bourgeois, Ciuis. Il vient de Burgus. Il est bourgeois de cette ville, Hinc ciuis est. Bourgeois du ciel, Caelicola. Bourgeois de Rome, Ciuis Romanus. Passer ou faire bourgeois, Asciscere aut recipere in ciuitatem, vel ciuitate recipere,… …   Thresor de la langue françoyse

  • BOURGEOIS (V.) — BOURGEOIS VICTOR (1897 1962) Brillant chef d’atelier d’architecture à l’École nationale supérieure d’architecture et des arts visuels (La Cambre, Bruxelles, 1934 1962), Victor Bourgeois est un ancien élève de l’Académie des beaux arts de… …   Encyclopédie Universelle

  • Bourgeois — Bour*geois , n. [From a French type founder named Bourgeois, or fr. F. bourgeois of the middle class; hence applied to an intermediate size of type between brevier and long primer: cf. G. bourgeois, borgis. Cf. {Burgess}.] (Print.) A size of type …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Bourgeois — Sm wohlhabender Bürger per. Wortschatz grupp. (18. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. bourgeois, einer Ableitung von frz. bourg befestigte Siedlung . Zunächst Bezeichnung des freien Staatsbürgers; dann immer stärkere Hervorhebung der… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • bourgeois — 1560s, of the French middle class, from Fr. bourgeois, from O.Fr. burgeis, borjois town dweller (see BOURGEOISIE (Cf. bourgeoisie)). Sense of socially or aesthetically conventional is from 1764; in communist and socialist writing, as a noun, a… …   Etymology dictionary

  • bourgeois — [boor zhwä′, boor′zhwä΄] n. pl. bourgeois [boorzhwä′] [Fr < OFr burgeis < ML burgensis < burgus, borgus, town < OFr borc or Frank * burg,BOURG] 1. Obs. a freeman of a medieval town 2. a self employed person, as a shopkeeper or… …   English World dictionary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.